21.9.16

Bilan de cette nouvelle rentrée !

Il y a eu la rentrée dans la nouvelle école. Un nouveau lieu, des nouveaux amis, un nouveau trajet,
Des nouvelles maîtresses et de nouvelles exigences.
***
Cette année visiblement "nous" aurons beaucoup de devoirs...

 
En CE2, il faudra être rapide et autonome, ça tombe mal "nous" aimons prendre notre temps et compter les uns sur les autres. 


En CP, il faudra rester assis pour travailler, rhooo c'est pas de chance "nous" aimons sauter, courir et surtout jouer...

 
En petite section, il faudra s'adapter aux trois maîtresses, aux deux atsem et aux 29 petits camarades... 
Pour le moment ça "nous" impressionne un peu et ça "nous" coupe l'appétit au petit dej'! Dommage, le goûter a été supprimé en maternelle. 
***
Voilà, c'est un nouveau rythme, pourtant ce qu'on attend d'eux n'est pas si nouveau: ils n'auront qu'à suivre le groupe!

 
 Comme chaque année, à la réunion de parents, la maîtresse présente les (nouveaux) programmes. Un peu comme si on annonçait à 30 étudiants: "voilà, bon cette année vous allez tous devenir bouchers! - quoi tu es végétarien?! Je ne veux pas le savoir. Tu fais comme tout le monde tu t'adaptes." 


Et si en France,  l'école s'adaptait aux écoliers? Et si on se mettait à tenir compte de la personnalité de l'enfant, de ses talents, de sa maturité, de son rythme à lui...? 

Ce n'est pas utopique, d'autres l'ont fait. Et ca marche! Maria Montessori nous a laissé un héritage extraordinaire. L'expérience de Celine Alvarez à Gennevilliers en est une preuve plus récente. 

Mais pour y arriver il nous faut d'abord des classes multi-âge, parce que dans la vie c'est comme quand on prend le bus, on est tous mélangés pour pouvoir s'entraider et compter sur les autres. 

Ensuite il nous faut moins d'élèves par classe. 

Enfin il faut un programme par enfant plutôt qu'un programme par tranche d'âge... 


Voilà j'ai dit l'essentiel de ce que je pense depuis longtemps, ça m'a fait du bien tiens !
***
De mon côté j'ai fait ma deuxième non-rentrée. Je ne regrette pas d'avoir quitté ma dernière école. Je regrette juste de ne pas avoir réussi  à m'intégrer dans cette équipe, simplement parce que je travaillais différemment. 


Aujourdhui je suis comblée: mon nouveau métier de rééducatrice de l'écriture est passionnant. Je reçois les élèves en cabinet. Selon les besoins de chacun, je répare, je restaure où je prépare le geste d'écriture. Et ce que je préfère, c'est le contact privilégié avec l'enfant (ou l'adolescent)!

 
 Que du bonheur!
*** 
Je suis finalement devenue une instagrammeuse,
 si vous voulez me suivre cherchez: "Pomme Coing"
⭐️

12.9.16

potager des villes

Comment peut on aimer autant les fruits et les légumes et en être à ce point déconnectés? 


Cet été nous avons profité du potager de Papi. Les fleurs de courgettes ont donné des beignets à tomber... 
(Ils n'ont pas aimé, je les ai tous mangé sans culpabiliser...)


Les carottes auraient aimé qu'on les éclaircisse, mais nous n'étions pas la...
De minuscules carottes donc, et des fanes majestueuses pour une belle soupe verte!


Un peu pareil pour les radis...
Plantés au printemps, ils auraient eu besoin de nous voir plus souvent...
***
Chez nous, pas de potager, mais une terrasse bien exposée,  il y pousse des herbes aromatiques,


Thym, romarin, ciboulette et persil. 
Seules les graines de basilic n'ont pas pris cette annee. 

Le terreau du compost nous a offert de belles surprises: des projets de courges ont envahi l'espace! 


Et des pieds de tomates clandestins se sont épanouis à gauche à droite. 


Les enfants les surveillent!


Une famille de poivrons se plaît bien aussi dans ce petit coin! Et nous régale  généreusement depuis le mois de mai!

***
On a aussi de l'agastache, de la menthe , de la monade et de la mélisse citronnée...
Il me manque leur portrait, je m'en occupe assez vite!

***
Un petit potager des villes chez vous aussi? Dites moi, qu'y pousse-t-il?