26.2.13

"Presque" fait toute la différence

Une semaine presque sans enfants, une semaine pour se souvenir.

Se souvenir des conseils effrayants des médecins "Il n'a presque pas existé, oubliez-le vous en aurez d'autres".
Laisser s'installer la révolte et la résignation. Révolte envers notre société: comment peut-on encourager l'oubli? Me laisser surprendre d'être aussi résignée: la mort fait partie de nos vies. Il était trop fragile.

Se souvenir de la fatigue, du vide, de la douleur, de la honte... Répondre aux questions des curieux, raconter presque tout, témoigner et pleurer.
Pleurer presque 100 fois par jour, et sourire aussi, mes amours, grâce a vous!
Vous écouter parler d'Aimé et comprendre à quel point je vous aime.
Si petits et déjà vous saviez comment me faire rire et respecter mes larmes, une petite main posée sur la mienne. "Il était trop fragile".

Se souvenir des premières sorties, le ventre creux, les yeux gonflés.
Un an après, regarder toute cette neige qui recouvre presque tout. Penser que le printemps, quand vient son heure, revient toujours.

Se réjouir et garder confiance.


5 commentaires:

  1. C'est extrêmement difficile ce que tu as pu entendre...on ne peut pas oublier et pourquoi le faire d'ailleurs.Ce petit bonhomme a une place dans votre famille, c'est certain...douces pensées pour lui et pour toi. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  2. Incapable de répondre à tes mots. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  3. pas facile de mettre tout ça en mots...mais necessaire pour ne PAS oublier...des bises et des pensées.

    RépondreSupprimer
  4. ces mots exprimé ici me font mal, pour toi, pour vous. J'avoue ne pas tout comprendre, car j'ai aussi lu le post précédent, j'essaye de comprendre.
    Mais cela ne change en rien mes poils qui se hérissent devant la phrase lâché par les médecins.... non mais je rêve???? L'oubli est une mauvaise chose, une couverture posée sur une pensée qui est là sous nos yeux mais qu'on se force occulter; bref, c'est n'importe quoi cette phrase de doc de mes deux.....
    Tout mon soutient par la pensée, un enfant vivant, un enfant né, un foetus, un embryon, c'est un enfant, notre enfant... Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  5. Comme cocobricolle il me semble comprendre ton post. Je suis de tout coeur avec vous, avec toi. Je peux mille fois te comprendre malheureusement, j'ai écrit certaines choses sur mon blog qui te parleront...<3 (des conneries j'en ai entendu aussi, mieux vaut ne pas écouter et oublier)

    RépondreSupprimer

J'adore vous lire, alors merci pour vos petits messages! Blogger ne permet pas de vous répondre directement dans votre boîte mail, dommage. C'est pourquoi je répondrai à vos questions directement sous vos commentaires, n'oubliez pas de cocher "m'informer"!